GÉRER LA DIVERSITÉ

1.1 La guérison de la fille d’une Syrophénicienne (Marc 7,24-30) : la vidéo

1.2 Voyage dans le temps : Jésus dans l’Histoire

1.2.1 L’environnement de Jésus : où vivait-il ?

EXCERCISE. Lis le texte ci-dessous et répondre aux questions correspondantes.

La Bible est un livre ancien, créé dans un monde très différent du nôtre. Pour bien comprendre une histoire tirée de la Bible, il est important de connaître le monde à ce moment-là. Le monde dans lequel tu vis influencera toujours tes pensées et tes actions. Même Jésus n’a pas fait exception. Nous ne pourrons jamais comprendre les histoires qui le concernent si nous ne savons pas à quoi ressemblait le monde dans lequel il vivait. Il est donc important de toujours garder à l’esprit le contexte (culturel) d’une histoire. Le contexte joue un rôle important !

Jésus est né à Bethléem environ six ans avant notre ère et a grandi à Nazareth. C’était alors un petit village deGalilée.. La Galilée était une région juive dans ce qui était alors laPalestine (une région du Moyen-Orient).

Dans l’histoire de « La guérison de la fille d’une Syrophénicienne », nous lisons que Jésus est resté près de la ville deTyr. Tyr était alors une ville portuaire sur la côte de la mer Méditerranée. La ville se trouvait en dehors des frontières de ce qui était alors la Palestine. C’était l’une des villes les plus importantes du petit État côtier dePhénicie.

La vie religieuse à Tyr était principalement caractérisée par le polythéisme. Le terme « polythéiste » désigne quelqu’un qui ne croit pas en un, mais en plusieurs dieux. Le terme « polythéisme » fait donc référence à une religion qui compte de multiples dieux. À l’époque de Jésus, cela était inacceptable pour les Juifs, qui ne sont pas polythéistes, mais monothéistes parce qu’ils croient en un seul Dieu (et c’est Yahvé).
Le terme « monothéisme » fait donc référence à une religion avec un seul dieu. C’est pourquoi ils ont appelé Tyr « le pays des païens ». Ils considéraient comme impurs les gens qui ne croyaient pas au Dieu des Juifs.

EXCERCISE. Lis le texte ci-dessus et remplis les cases appropriées.

  • 1. Jésus est né à …

  • 2. Jésus a grandi à …

  • 3. La Galilée est une région de …

1.2.2 La société de Galilée

EXCERCICE. Lis le texte sur le monde de Jésus et complète-le.

Jésus – La religion – juive – monothéisme – polythéisme

En Galilée vivaient différents groupes. Tous ces groupes avaient leurs propres idées sur la religion et le monde qui les entourait. Pourtant, la majorité de la population de toute la Palestine (et donc aussi de la Galilée) était En même temps, il y avait aussi beaucoup de personnes qui n’étaient pas juives. Ces personnes vénéraient parfois des dieux différents et étaient donc « polythéistes ». Le terme « » fait référence à une religion qui compte plusieurs dieux. Les Juifs ne sont pas polythéistes, parce qu’ils croient en un seul Dieu (et c’est Yahvé). Le terme fait référence à une religion avec un seul dieu. Pour mieux comprendre la Bible et la vie de Jésus, il est important de savoir que Jésus a grandi, vécu et prêché dans ce contexte juif. était très importante en Palestine, et donc aussi en Galilée. et ceux qui l’entouraient étaient fortement influencés par l’Écriture et la tradition juives. Jésus lui-même était juif.

EXCERCICE. Réponds aux questions ci-dessous.

  • 1. Quelle est la différence entre le monothéisme et le polythéisme ?

  • 2. Vrai ou faux : tous les habitants de la Galilée étaient des Juifs.

1.3 La guérison de la fille d’une Syrophénicienne

1.3.1 Une histoire remarquable tirée de la Bible

Les écrits du Nouveau Testament dans la Bible nous racontent plus sur la vie de Jésus, ses paroles et ses actes. Le Nouveau Testament commence avec les quatre évangiles : l’évangile selon Matthieu, Marc, Luc et Jean. Ces évangiles apportent un témoignage de foi en Jésus. Les paroles et les histoires de Jésus sont rassemblées dans ces écrits.

Le mot « Évangile » vient du grec « euangelion ». Il signifie « bonne nouvelle » et fait référence au bon message que Jésus-Christ a apporté.

L’évangéliste Marc raconte dans son évangile une rencontre entre Jésus et une femme syrophénicienne (Mc 7,24-30). Dans ce récit, Jésus rencontre une femme syrophénicienne qui lui demande de l’aide. Sa fille est possédée par un esprit impur, et elle espère que Jésus pourra guérir sa fille. Voici la première partie de cette histoire biblique :

[24] Partant de là, il s’en alla dans le territoire de Tyr. Étant entré dans une maison, il ne voulait pas que personne le sût, mais il ne put rester ignoré.
[25] Car aussitôt une femme, dont la petite fille avait un esprit impur, entendit parler de lui et vint se jeter à ses pieds.
[26] Cette femme était grecque, syrophénicienne de naissance, et elle le priait d’expulser le démon hors de sa fille.

L’évangéliste Marc souligne que Jésus et ses disciples se rendaient dans la région de Tyr. Jésus a vécu et prêché principalement en Galilée. Ainsi, à Tyr, il n’était pas entouré de ses propres coreligionnaires, à savoir le peuple juif. Ils partent pour la région de Tyr et de Sidon qui, pour Jésus, est « à l’étranger ».

D’après l’histoire, la femme était grecque et d’origine syrophénicienne. Elle n’était donc pas juive. Le nom « syrophénicien » est une combinaison de « syrien » et de « phénicien », et vient probablement du fait que la Phénicie faisait alors partie de la province romaine de Syrie. Pour Jésus et ses disciples, elle était donc une étrangère, une « païenne ».

Dans les évangiles, on parle souvent de « démons » ou « d’esprits impurs ». Les connaissances médicales dont nous disposons aujourd’hui étaient inconnues à l’époque de Jésus. C’est pourquoi les maladies étaient souvent liées à des démons ou à des esprits impurs. Aujourd’hui, on ne parle plus de démons ou d’esprits impurs, mais de tumeurs, de virus et de bactéries. Les problèmes psychologiques étaient également liés à des esprits ou des forces maléfiques.

[27] Et il lui disait : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il ne sied pas de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »
[28] Mais elle de répliquer et de lui dire : « Oui, Seigneur ! et les petits chiens sous la table mangent les miettes des enfants ! »

À l’époque de Jésus, le chien était un animal impur et inférieur.

EXCERCICE. Que voudrait dire Jésus par la réponse : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il ne sied pas de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. » ?

EXCERCICE. Comment la femme réagit-elle ? Que veut dire la femme quand elle dit : « Oui, Seigneur ! et les petits chiens sous la table mangent les miettes des enfants ! » ?

[29] Alors il lui dit : « À cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille. »
[30] Elle retourna dans sa maison et trouva l’enfant étendue sur son lit et le démon parti.

EXCERCICE. Quelle est l’attitude de Jésus après la contre-réponse de la femme ? Ne veut-il pas aider « d’autres croyants » dans le besoin ? Comment peut-on considérer cela comme une histoire de dépolarisation?

Jezus’ eerste antwoord

1.3.2 Interprétation de l’histoire de la Bible

La première réponse de Jésus

La femme syrophénicienne demande à Jésus d’expulser l’esprit impur du corps de sa fille. La réponse de Jésus est frappante, sa réponse semble plutôt étrange et méprisante : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il ne sied pas de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. » (Marc 7,27). Qu’est-ce que Jésus entend par cette imagerie ?

Jésus qualifie la femme de « ‘chien’,,et l’insulte fortement de cette manière. Avec cette référence aux « chiens », Jésus semble souligner que quiconque n’appartient pas au peuple juif est étiqueté comme un « païen ». Un païen est différent ou non croyant. Cela explique pourquoi Jésus est d’abord méprisant envers cette femme et sa demande d’aide.

En outre, Jésus fait référence au « ‘pain’.dans sa réponse. Le pain ici symbolise le pouvoir que Jésus donne à ses disciples. Jésus indique que ce pain est principalement destiné au peuple juif Et s’il y en a trop peu? Ne peut-il certainement pas y avoir de partage avec d’autres croyants? Jésus veut être là en premier lieu pour le peuple juif. Le pain destiné aux « enfants » (le peuple juif) ne doit pas être donné aux « chiens » (les autres croyants).

La réponse de la femme

La femme n’abandonne pas. Elle confronte Jésus avec la réponse suivante: Oui, Seigneur ! et les petits chiens sous la table mangent les miettes des enfants ! (Marc 7, 28).

Elle veut faire remarquer à Jésus que même maintenant, il y a quelque chose pour « les chiens » sous la table, il y a assez de « pain » pour tout le monde. En fait, la femme signifie que l’espoir et le salut que Jésus apporte n’est pas seulement pour le peuple juif. Malgré les différences entre le peuple juif et les païens, le « pain » n’est pas seulement destiné aux enfants d’Israël.

Comment Jésus réagit-il ?

Après la réponse de la femme, Jésus lui donne la réponse suivante : « À cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille. » (Marc 7,29).

Jésus comprend la femme. La grande foi de la femme en Jésus marque fortement Jésus. Même si la femme et sa fille sont d’origine païenne, Jésus aide la femme et sa fille. La fille de la femme est délivrée de l’esprit impur grâce à la puissance de Jésus.

Grâce à la rencontre et à la conversation avec la femme, Jésus change d’avis. C’est remarquable !
Dans la plupart des récits évangéliques, c’est Jésus qui change la perspective de l’autre, mais dans ce récit, c’est Jésus lui-même qui change d’avis à cause de l’action d’un autre. À partir de ce moment, Jésus ne veut plus être là uniquement pour le peuple juif, les enfants d’Israël. Au contraire, à partir de ce moment-là,la proclamation du Royaume de Dieu a une portée universelle et s’applique donc à tous.

Il est important de transposer cette histoire dans le contexte de l’époque. L’évangile de Marc a été écrit à une époque où la plupart des chrétiens étaient en fait des juifs, qui estimaient que le message de Jésus n’était destiné qu’aux juifs. Cependant, au fil des ans, d’autres peuples, les « païens », ont été attirés par la croyance au message de Jésus. Les juifs chrétiens se sont posé la question suivante : l’expansion du christianisme aux non-juifs était-elle pure ? Ou était-elle impure ? C’est dans ce contexte qu’il faut lire la rencontre entre Jésus et la femme syrophénicienne, une gentille. L’évangéliste Marc précise que les païens, les non-juifs aussi, appartiennent au Royaume de Dieu.

On peut lire l’histoire complète de la Bible ici.

La guérison de la fille d’une Syrophénicienne (Marc 7,24-30)
[24] Partant de là, il s’en alla dans le territoire de Tyr. Étant entré dans une maison, il ne voulait pas que personne le sût, mais il ne put rester ignoré.
[25] Car aussitôt une femme, dont la petite fille avait un esprit impur, entendit parler de lui et vint se jeter à ses pieds.
[26] Cette femme était grecque, syrophénicienne de naissance, et elle le priait d’expulser le démon hors de sa fille.
[27] Et il lui disait : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il ne sied pas de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »
[28] Mais elle de répliquer et de lui dire : « Oui, Seigneur ! et les petits chiens sous la table mangent les miettes des enfants ! »
[29] Alors il lui dit : « À cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille. »
[30] Elle retourna dans sa maison et trouva l’enfant étendue sur son lit et le démon parti.

Source : La Bible de Jérusalem. Marc 7,24-30.

Klik op de finishknop om de cursus te voltooien!

Glossaire

Galilée
La Galilée était, à l’époque de Jésus, une région juive dans ce qui était alors la Palestine. Cette région était légèrement plus petite que la Belgique actuelle. Jésus a passé la plus grande partie de sa vie dans la région de Galilée.

L’Évangile
Les écrits du Nouveau Testament dans la Bible nous en racontent plus sur la vie de Jésus, ses paroles et ses actes. Le Nouveau Testament commence avec les quatre évangiles : l’évangile selon Matthieu, Marc, Luc et Jean. Ces évangiles sont écrits dans la foi et servent la foi en Jésus en tant que Messie. Ils apportent un témoignage de foi en Jésus. Les paroles et les histoires de Jésus sont compilées dans ces écrits. Le mot « Évangile » est dérivé du mot grec « euangelion », qui signifie littéralement « bonne nouvelle ». Il fait référence au bon message apporté par Jésus-Christ.

Les enfants d’Israël
Le terme « enfants d’Israël » ou « brebis perdues » d’Israël fait référence au groupe de personnes « Israélites », le peuple juif.

Le monothéisme
Le terme « monothéisme » fait référence à la croyance en un seul dieu. Une religion monothéiste proclame la croyance en l’existence d’un dieu unique. Exemples de religions monothéistes : le judaïsme, le christianisme, l’islam. Ce sont les trois religions monothéistes les plus connues.

Le Moyen-Orient
Le Moyen-Orient est la région d’où la Bible est originaire. Les histoires de l’Ancien et du Nouveau Testament se déroulent au Moyen-Orient. Tous les récits bibliques sont fortement influencés par la culture et la vie sociale du Moyen-Orient. Jésus a également vécu ici.
Le christianisme a ses origines au Moyen-Orient. Le Moyen-Orient a également joué un rôle important dans d’autres développements de la culture européenne. La Bible n’est pas seulement née là, mais aussi, par exemple, notre alphabet, l’évolution de l’agriculture, etc.
Aujourd’hui, le terme « Moyen-Orient » désigne les pays d’Asie du Sud-Ouest et certaines parties de l’Afrique du Nord, comme l’Iran, l’Irak, la Syrie, l’Égypte, etc.

Les païens
Au temps de Jésus, les Juifs pieux qualifiaient tous les gens qui ne croyaient pas au Dieu juif (Yahvé) comme de « païens ». Ces personnes ont été rejetées par eux. Pour eux, un païen est quelqu’un qui ne croit pas en Yahvé. C’est-à-dire, des gens qui ne croyaient pas au Dieu des Juifs, qu’ils considéraient donc comme impurs.

Le polythéisme
Le terme « polythéiste » désigne quelqu’un qui ne croit pas en un, mais en plusieurs dieux. Le « polythéisme » fait donc référence à une religion qui compte plusieurs dieux. Par exemple, les anciens Grecs et les Romains étaient polythéistes parce qu’ils croyaient en des dieux différents.

Le Royaume de Dieu
Jésus parle dans les évangiles du « Royaume de Dieu », ou de la proclamation du Royaume de Dieu. C’est un concept qui fait référence au règne de Dieu sur toutes choses, transcendant les dominions terrestres. Dans l’Évangile, cette proclamation vise donc à annoncer le règne de Dieu. Il existe plusieurs points de vue sur la signification de ce royaume de Dieu : est-il déjà établi sur terre, ou est-il dans un avenir (proche) ? Ou est-il déjà là dans une certaine mesure ? Ou bien l’Église est-elle une expression de ce royaume ?

Nazareth
Dans l’Antiquité, Nazareth était un petit village de Galilée, une région juive dans ce qui était alors la Palestine (une région du Moyen-Orient). Jésus est né à Bethléem vers l’an six avant Jésus-Christ et a grandi à Nazareth.

Palestine
La Palestine était un lieu du Moyen-Orient au temps de Jésus. Jésus a vécu ici parce que Bethléem, Nazareth et la Galilée sont toutes en Palestine, et donc au Moyen-Orient.

Phénicie
À l’époque de Jésus, la Phénicie était un petit État côtier du vieux Proche-Orient sur la mer Méditerranée.

Syrophénicie
La Syrophénicie, à l’époque de la vie de Jésus, était une région sous domination romaine qui faisait partie de la province de Syrie. La Phénicie faisait partie de la province romaine de Syrie. Ainsi, le nom « Syrophénicien » est une combinaison de « Syrien » et de « Phénicien ».

Tyr
Dans l’histoire de « La guérison de la fille d’une Syrophénicienne », nous lisons que Jésus est resté près de la ville de Tyr. Tyr était une ville portuaire sur la côte de la mer Méditerranée. La ville se trouvait en dehors des frontières de ce qui était alors la Palestine. C’était l’une des villes les plus importantes du petit État côtier de Phénicie.

Bibliographie

B. J. MALINA, W. STEGEMANN, G. THEISSEN (ed.), The social setting of Jesus and the gospels, Minneapolis, Fortress, 2002, p. 52.
C. REYSERHOVE (ed.), GOeD gezien 1? Handleiding, Wommelgem, Van In, 2007, pp. 82-97.
C. REYSERHOVE (ed.), GoeD gezien 1? Werkschrift leerling, Wommelgem, Van In, 2007, pp. 34-38.
CHRISTIPEDIA, Fenicië, http://www.christipedia.nl/Artikelen/F/Fenici%C3%AB (accès 30.01.2020).
D. POLLEFEYT, et. al., Caleidoscoop 1. Handleiding docent, Malines, Plantyn, 2015, p. 100, pp. 181- 195.
D. POLLEFEYT, et. al., Caleidoscoop 1. Werkschrift leerling, Malines, Plantyn, 2015, pp. 126-136.
DE BIJBEL IN DUIZEND SECONDEN, Geografie, http://www.Bijbelin1000seconden.be/menu/tikiindex. php?page=Geografie&highlight=geografie (accès 29.01.2020).
DE BIJBEL IN DUIZEND SECONDEN, Jeruzalem: Tempel, http://www.bijbelin1000seconden.be/ menu/tiki-index.php?page=JERUZALEM%3A+TEMPEL (accès 18.02.2020).
DE BIJBEL IN DUIZEND SECONDEN, Marcus 7,24-30: Jezus en een Syro-Fenicische vrouw, http://www.Bijbelin1000seconden.be/menu/tiki-index.php?page=Marcus+7%2C+24-30 (accès 29.01.2020).
F. VAN SEGBROECK, Het Nieuwe Testament leren lezen. Achtergronden, Methoden, Hulpmiddelen, Louvain, VBS, Acco, 2009, p. 5, p. 48, p. 77, p. 80.
H. AUSLOOS & B. LEMMELIJN, De Bijbel: een (g)oude(n) gids. Bijbelse antwoorden op menselijke vragen, Louvain, Acco, 2017, p. 25.
H. AUSLOOS, Geweld, God, Bijbel, Averbode, Uitgeverij Averbode, 2019, p. 97.
J. DE SCHEPPER, Wat christenen geloven, Tielt, Lannoo, 2006, p.167.
J. DE SCHEPPER, Wat christenen geloven, Tielt/Wommelgem, Uitverij Lannoo NV/Uitverij Van In, 2006, p. 35, p. 91, pp. 168-169.
K. JANSSEN (ed.), Deus@school 1e gr - Wie is Jezus?, Averbode, Uitgeverij Averbode, 2009.
KIJKMAGAZINE, De Jezusrevolutie. Hoe het christendom begon, https://www.kijkmagazine.nl/ mens/evolutie-jezus-christendom-begon/ (accès 29.01.2020).
LA BIBLE DE JÉRUSALEM, Marc 7 24-30, Paris, 2000.
M. VERHOEVEN, De Tijden der Heidenen, dans Amen Magazine 78 (2008), p. 14.
M. A. GETTY-SULLIVAN, Women in the New Testament, Collegeville, Liturgical Press, 2001, pp. 84- 90.
P. ALONSO, The Woman Who Changed Jesus. Crossing Boundaries in Mk 7, 24‐30, Louvain, Peeters, 2011, pp. 339-343.
R. DEBERDT, CS-fono, dans Catechetische Service 33(3) (2006), pp. 30-32.
R. E. DEMARIS & D. NEUFELD (ed.), Understanding the social world of the New Testament, Londres, Routledge, 2010, pp. 45-55.
R. THIJSEN, De leraar uit Galilea, dans Het Teken 8 (1997), p. 228.
THOMAS, Jezusbeelden (Bijbelse achtergrond), https://www.kuleuven.be/thomas/page/abeljezusbeelden/ (accès 13.02.2020).
THOMAS, Ontmoetingsverhalen (Theologische achtergrond), https://www.kuleuven.be/thomas/ page/ontmoetingsverhalen/ (accès 31.01.2020).
TOBIAS, Toelichting bij het Bijbelverhaal. De ontmoeting van Jezus met de Syrofenicische vrouw, Marcus 7,24-30, https://www.kuleuven.be/thomas/cms2/uploads/file/De%20ontmoeting%20 van%20Jezus%20met%20de%20Syrofenicische%20vrouw%20-%20exegetische%20toelichting. pdf (accès 31.01.2020).
WIKIPEDIA, Het Midden-Oosten, https://nl.wikipedia.org/wiki/Midden-Oosten (accès 20.02.2020).